Inondations dans les Alpes-Maritimes en octobre 2020

Mise à jour le 09/10/2020


Image Evenement

La tempête Alex s’est formée sur la façade atlantique sur les derniers jours du mois de septembre. Son impact avec le continent s’est opéré dans la nuit du 1 au 2 octobre dans le Nord-Ouest de la France avec des vents forts notamment sur les côtes du Morbihan. Les dommages y ont néanmoins été mineurs (quelques toitures et arbres arrachés) par rapport aux conséquences du passage de la tempête sur l’extrême Sud-est du pays et sur les Alpes-Maritimes. 

Le 2 octobre, les vallées de la Roya et de la Vésubie dans l’arrière-pays Niçois ont été impactées par des pluies diluviennes (près de 500 mm en 24h localement) et des crues rapides et des laves torrentielles extrêmement destructrices. Dans les Alpes-Maritimes, les communes de la pointe est du département, notamment les vallées de la Roya, de la Vésubie, du Boréon et de la Tinée ont été particulièrement concernées par des crues torrentielles, dont 4 de façon extrême : Breil-sur-Roya, Roquebillière, Saint-Martin-Vésubie et Tende. Qualifié de « bombe météorologique » en raison de sa rapidité de formation sous l’influence d’un puissant courant jet d’altitude et d’une descente d’air froid se creusant sur le Golfe de Gascogne, Alex à fortement impacté l’arrière-pays Niçois, dans le Sud-Est du pays.

Les débits et les hauteurs des cours d’eau tels que la Roya, le Boréon et la Vésubie ont atteint, en seulement quelques heures, des valeurs colossales (de 5 m3/s à plus de 640 m3/s sur la Vésubie à Utelle par exemple). Une colonne d’eau 6 à 7 m, chargée d’embâcles massifs et de débits, a dévalé au sein des lits majeurs de ces rivières dans la matinée du 2 octobre en détruisant toutes les habitations et les bâtiments présents dans le lit majeur ainsi que sur les berges escarpées de ces cours d’eau. Des glissements de terrain et l’écroulement des berges se sont produits de manière consécutive aux crues torrentielles. Des événements hydrométéorologiques d’une telle violence interviennent moins d’une fois tous les 100 ans. Près d’une centaine d’habitations ont été ainsi totalement détruites ou devenues inhabitables suite à cet épisode. Certaines habitations localisées sur les berges érodées et ponts menaçant de s’écrouler, l’évolution de la stabilité des bâtis et des infrastructures devront rester sous haute surveillance.


Date de début
2 oct. 2020
Date de fin
3 oct. 2020

Cours d'eau ayant débordé

Vésubie

Boréon

Tinée

Roya

Estéron



Départements concernés
Alpes-Maritimes (06) ...


Contexte météorologique

Après trois mois sans précipitations, les Alpes-Maritimes ont été frappées par la tempête Alex engendrant un épisode méditerranéen majeur. La perturbation pluvieuse s’est enroulée autour de la dépression et a concerné une large moitié Est de la France. Le flux de sud chargé en air chaud et humide a provoqué des pluies intenses et orageuses dans les Alpes-Maritimes, sur la journée du 2 octobre, notamment sur les vallées de la Roya et de la Vésubie (06).


Selon Météo-France : 

  • 500,2 mm à Saint-Martin-Vésubie en 24 h, soit un peu plus de trois mois de pluie : record absolu pour la station et pour l'ensemble du département des Alpes-Maritimes. 
  • 380,4 mm à Andon, l'équivalent 2mois et demi de pluies d'octobre
  • 355,2 mm à Clans, l'équivalent de 3 mois de pluie
  • 335,5 mm à Coursegoules, soit 2 mois de pluie,
  • 319 mm au Mas, soit 2 mois.
  • 271 mm à Breil-sur-Roya, soit 2 mois.
  • 199 mm à Sospel, soit 1 mois et demi de pluie
  • 178 mm à Caussols, soit 1 mois de pluie.

 

La dépression Alex sur la Bretagne. Image du satellite SUOMI le 2 octobre 2020 à 01 h 25 UTC. © Météo-France

 

Situation hydrologique

Les précipitations exceptionnelles ont engendré des phénomènes de ruissellement de surface et des crues extrêmement destructrices dans les bassins de versants de la Roya, de la Vésubie, du Boréon et dans une moindre mesure de la Tinée. Les dommages aux biens sont d’une ampleur remarquable, de par la violence des crues torrentielles ayant délogé les fondations et arraché les habitations présentent dans les lits majeurs ainsi que les berges des cours d’eau. Les villages de la pointe est du département ont été littéralement ravagés par des débits et des hauteurs d’eau très importants, des torrents de boue compacte et des embâcles massifs.


Les crues ont été rapides et leurs conséquences en termes de dommages ont été particulièrement importantes dans les vallées de la Vésubie, du Boréon, de la Roya et dans une moindre mesure de la Tinée. L’augmentation des débits et des hauteurs d’eau a été très brusque. Les cours d’eau aux débits et hauteurs très faibles se sont transformés en torrents déchainés atteignant pour la Vésubie 450m3/s à Saint-Martin de Vésubie et 930 m3/s à Tournefort Vieux Pont sur la Tinée. Ces valeurs sont considérées comme centennales.

 

 

Les crues de types torrentielles transportent une grande quantité d’éléments solides (rochers, galets, troncs d’arbres, boues ou laves torrentielles, …). Cela augmente la capacité d’érosion des berges des cours d’eau, lorsque les débits sont très élevés comme lors de la journée du 2 octobre. 

Les crues intervenues dans les vallées de la Roya et de la Vésubie ont été caractérisées comme morphogènes. En particulier, la puissance de la crue a engendré des métamorphoses fluviales telles que le passage d’un lit cascade à un lit en tresse, d’un déficit en sédiments à un excédent sédimentaire (laves torrentielles) et un élargissement des bandes actives d’une dizaine de mètres à parfois plus de 300m. Ces phénomènes auront des conséquences géomorphologiques sur le long terme, notamment sur l’érosion des rives qui participe à l’alimentation en sédiments du cours d’eau.


Cet événement a rappelé les inondations historiques de 1926 (catastrophe de Roquebillière en novembre 1926) et de 1994 pour la partie italienne (nord-ouest de l’Italie, le Tanaro en novembre 1994) et les inondations d’octobre 2015 sur la Brague en ce qui concerne les embâcles et l’aspect torrentiel de la crue. 
 

Dommages observés :

  • 39 maisons détruites à Saint-Martin Vésubie
  • En tenant compte de la destruction des infrastructures, estimation de 40 maisons qui seront à détruire car trop proches des berges désormais
  • 5 maisons détruites à Roquebillière 
  • Une centaine de maisons touchées sur l’ensemble des 4 communes
  • Brigade de gendarmerie détruite (Saint-Martin-Vésubie, image du bâtiment détruit couché) 
  • Usine EDF détruite 
  • Garage de 1200 m² détruits (Roquebillière)
  • Station de pisciculture
  • Stations d’épurations détruites 
  • 200 km de routes détruites (Route M2565) 
  • 53 routes coupées 
  • 6 ponts détruits (le pont de Maissa à Saint-Martin-Vésubie et le pont de Roquebillière sectionné) 
  • Rupture des réseaux d’eau  
  • 1 camping 
  • Des écuries
  • Cimetière municipal de Tende détruit 
  • Salle des fêtes de Puget-Theniers détruite
  • Hôpital St Lazare de Tende inondé en sous-sol 
  • Terrains de tennis
  • Parc Alpha détruit (élevage de loups)


Pertes humaines et interventions services d’urgence :

  • Au moins 5 personnes sont décédées et 20 sont disparues à ce jour
  • 400 évacuations 
  • Environ 3 700 sinistrés, 12 000 personnes impactées
  • Ecoles fermées 
  • 1000 interventions de pompiers (800 sauvetage et mises à l’abri)
  • 1490 personnes évacuées par hélicoptère
  • 11 600 foyers privés d’électricité
  • 45 sites mobiles ont été détruits dans les deux vallées 
  • 10 000 clients privés de téléphonie fixe et internet 

Nombre de communes reconnues Cat Nat : 55

Communes reconnues en 굡t de catastrophes naturelle

Predict, CatNat.net ; Franceinfo ; actu.fr, France 3, France Bleu, La Dépêche, Midi Libre, France Info, Le Monde, Nice Matin, Préfecture des Alpes-Maritimes, Compte Rendu du Conseil des Ministres