Sécheresse de 2007 en France

Mise à jour le 21/05/2018


Image événement
L’année 2007 reste marquée dans les annales météorologiques par un printemps exceptionnellement sec et chaud où le mois d’avril bat tous les records de chaleur avec un excédent thermique de +4°C par rapport aux moyennes. La sécheresse de 2007 ne se manifesta réellement que dans le midi de la France et en particulier en Provence.
170 M€
Dommages assurés hors automobile

Date de début
01/01/2007
Date de fin
31/12/2007


Départements concernés
Alpes-de-Haute-Provence (04), Alpes-Maritimes (06), Ardèche (07), Aude (11), Bouches-du-Rhône (13), Drôme (26) ...

 

LE PHENOMENE METEOROLOGIQUE:

Avec une température moyenne supérieure de 0,8 °C à la normale, l´année 2007 se situe en France métropolitaine au neuvième rang des années les plus chaudes depuis 1900, à égalité avec l´année 1989 (Météo-France). Cet écart à la normale de la température moyenne annuelle est la conséquence d´un premier semestre remarquablement doux, et d’un second semestre sensiblement plus frais que la normale.

L’automne et l’hiver présentent des températures douces pour la saison. Cette séquence se poursuit par un printemps très chaud et très sec, se situant au premier rang des printemps les plus chauds observés depuis 1900. Les écarts à la normale des températures moyennes saisonnières sont généralement compris entre +2°C et +3 °C sur la majeure partie du territoire. Cette douceur printanière tout à fait remarquable est essentiellement due à un mois d´avril 2007 quasiment estival. Le bilan pluviométrique a été contrasté : ainsi, les précipitations ont été inférieures à la normale en région Centre et généralement proches de la normale ailleurs.

 

LES CONSEQUENCES HYDROLOGIQUES:

L’année hydrologique 2006-2007 a été caractérisée par un automne et un hiver très doux. A la fin du mois d’avril 2007, le bilan des températures est globalement excédentaire avec pour conséquence une fonte rapide du manteau neigeux sur les massifs des Alpes et du Jura (températures supérieures de 1 à 2 degrés des normales sur l’ensemble de ces zones).

La faiblesse des précipitations neigeuses de l’hiver sur l’ensemble des Alpes ainsi que sur la partie orientale de la chaîne pyrénéenne, a été un autre facteur préoccupant avant d’aborder la saison estivale. Les observations faites sur les Alpes ont fait état de l’achèvement de la fonte des neiges dès la fin avril, soit environ un mois et demi d’avance par rapport à une année normale.

Concernant les précipitations, l’automne et l’hiver 2006-2007 ont été particulièrement secs, hormis quelques précipitations neigeuses sur les Alpes en février et en mars.

Le mois de mai 2007 marque la fin de la période sèche avec la reprise des précipitations sur l’ensemble de ces reliefs.

La saison estivale a été particulièrement maussade sur la quasi-totalité du territoire, malgré des vagues de chaleur ponctuelle parfois marquées à la mi-juillet et vers le 5 août. Les précipitations ont été fréquentes et abondantes durant l´été sur les trois quarts nord du pays et excédentaires sur les Cévennes et le Vivarais, du Vercors au Chablais, sur le Jura et sur le massif des Vosges. Plus au sud, si les pluies n´ont été que légèrement inférieures à la normale en Midi-Pyrénées, elles furent par contre extrêmement rares sur les régions méditerranéennes.

Le bilan des précipitations efficaces depuis la reprise de l’année hydrologique au 1er septembre 2006, période favorable à la recharge générale des ressources en eau, a fait apparaître un bilan déficitaire le long de la vallée de la Saône, du couloir rhodanien, voire très déficitaire (déficit de 200 mm à 500 mm) sur l´ensemble du pourtour méditerranéen en particulier les zones littorales.

Les précipitations furent relativement conformes à la normale sur les deux-tiers nord de la France, parfois un peu déficitaires sur le sud-est du Bassin parisien. Sur le tiers sud du pays, le bilan pluviométrique est globalement déficitaire, notamment dans le sud-est où les cumuls de pluie ont été généralement très faibles.

Trets (13)

Plan-de-Cuques (13)

Bouc-Bel-Air (13)

Marseille (13)

Allauch (13)

Montpellier (34)

Mormoiron (84)

Roquevaire (13)

Aix-en-Provence (13)

Éguilles (13)

170 M€ (mise à jour le : 11/03/2016)

Montant des dommages assurés au titre de la garantie légale « catastrophes naturelles » hors automobile

Coût par commune pour l'ensemble du marché

Nombre de communes reconnues Cat Nat : 204

Communes reconnues en état de catastrophes naturelle

Arrêtés Cat Nat associés