Orages du Sud-Ouest en mai 2007

Mise à jour le 21/05/2018


Image événement
En 2007, la saison orageuse est précoce et sévère sur la France, avec un axe particulièrement touché, s’étendant du sud-ouest au nord-est. Ces orages et les phénomènes liés (vents, crues, grêle…) ont été à l’origine de pertes humaines et de dégâts matériels importants. Une dépression descend de l’Atlantique Nord et entraîne la formation d’un puissant front froid à l’origine de violents orages qui se déclenchent les 25 et 26 mai de l´Aquitaine à la Champagne-Ardenne. Des inondations brutales se produisent dans plusieurs communes de la vallée d´Ossau, environ 500 personnes sont évacuées et plus de 250 maisons sont inondées.
16 M€
Dommages assurés hors automobile

Date de début
24/05/2007
Date de fin
27/05/2007

Cours d'eau ayant débordé
Le Gave de Pau, la Lèze, l’Arize, hausse marquée des niveaux des cours d’eau du bassin Adour-Garonne dans leur partie amont, y compris ceux descendant des hauteurs du Limousin et en versant ouest des Monts d’Auvergne., Hormis les inondations par ruissellement torrentiel, les torrents de montagne induisent une situation inquiétante en raison de la fonte nivale en cours (Pyrénées) et des brusques apports d’eau liés aux orages à répétition., Les Gaves des Hautes-Pyrénées et des Pyrénées-Atlantiques connaissent une crue importante.

Pluviométrie maximale
38 mm en 1h
102 mm en 24 h


Départements concernés
Ariège (09), Dordogne (24), Gers (32), Gironde (33), Haute-Garonne (31), Hautes-Pyrénées (65) ...

 

LE PHENOMENE METEOROLOGIQUE :

L’été s’est déjà installé en cette seconde quinzaine de mai presque partout en France, grâce à une protection anticyclonique suffisamment vigoureuse. L´air est très chaud et humide dans les basses couches, et contient donc beaucoup d´énergie potentielle.

Mais le temps change dès le jeudi 24 mai, sous l’effet conjoint d’un front froid atlantique et d’une dépression centrée au large du Portugal et du Maroc. En conséquence, de l´air plus froid s´installe sur le pays en altitude et surplombe l´air chaud et humide dans les basses couches renforcé par le flux de sud. La situation devient de plus en plus instable.

Ceci a plusieurs conséquences sur la France : l’orientation du flux au sud, ce qui induit un apport de chaleur dans les couches moyennes et basses de l’atmosphère et un refroidissement de l’air en altitude. Ces interactions basses couches-hautes couches vont engendrer les conséquences habituelles telles qu’une dynamique assez prononcée et une déstabilisation de la masse d’air, aidée par un apport d’humidité en provenance du sud et de l’ouest.

Ainsi, dès le 24 à la mi-journée, l’activité orageuse est bien enclenchée essentiellement sur la moitié nord du Massif Central puis le Centre-Est de la France.

En soirée, l´instabilité s´est renforcée dans le sud-ouest où certaines cellules orageuses révèlent des intensités de précipitations importantes comme dans le Lot jusqu´au Sud de la Corrèze. Les cellules orageuses sont même nombreuses sur le Pays-Basque et le sud des Landes.

Dès le vendredi 25 mai au matin, une grande partie sud-ouest de la France est placé en vigilance Orange par Météo France.

En début d’après-midi, sur les Pyrénées, les premières averses se déclenchent et s´étendent déjà vers la plaine Toulousaine en se multipliant.

En soirée, ce sont bien deux zones pluvio-orageuses qui concernent le pays: la première touche particulièrement le nord-est de la France, après avoir donné de fortes précipitations et une activité électrique très importante sur la région parisienne. La deuxième touche le Sud Ouest, des Pyrénées atlantiques à la Dordogne.

Sur l´ensemble du territoire, environ 20 000 impacts de foudre sont dénombrés sur les 4 dernières heures. Sur la journée, Météorage a relevé plus de 32000 impacts.

Suite à ces violents orages, de brusques débordements de rivières sont signalés dans le sud-ouest : 500 personnes ont été évacuées dans la vallée d´Ossau (Pyrénées-Atlantiques). Ces orages ont déversé de fortes quantités d’eau très inégales, passant souvent à travers les mailles des stations météorologiques - on a noté toutefois 44 mm à Montauban (82).

Plus à l’est, les orages sont d’une violence inouïe sur l’Ariège. Trois communes sont alors particulièrement touchées dans la vallée de la Lèze et de l’Arize : le Lézat, le Fossat et Artigat sont touchées par les inondations et par des coulées de boue (Bordes sur Arize), tandis que la grêle occasionne des dommages aux toitures, laissant s’infiltrer l’eau de pluie par les plafonds. Face à l’ampleur des inondations dans ce secteur, le préfet de l’Ariège a déclenché le plan Orsec dès 20h30.

Le samedi 26 au matin, les précipitations concernent encore la région Midi-Pyrénées, l´Aquitaine ainsi que le sud du Centre. Dans la partie nord de cette bande pluvieuse, des orages éclatent avec parfois de fortes intensités comme sur la Creuse et l´Indre (plus de 300mm/h).

En cours d’après-midi, le sud-ouest du pays est toujours concerné par ces précipitations continuelles. Il est relevé 82 mm à Lauzerte dans le Tarn et Garonne depuis les 12 dernières heures. C´est du nord de la région Midi-Pyrénées en remontant sur la région Centre que les précipitations ont été les plus importantes. Les stations météorologiques ont relevé en 24h ce samedi 26, jusque dans la nuit du 26 au 27 mai 79 mm à Bourges (18), 66 mm à Limoges (87) et 33.8 mm à Bergerac (24).

En soirée et dans la nuit, avec l’arrivée de l’air plus frais, les orages se calment dans le sud-ouest et poursuivent leur déplacement sur la moitié Est de la France. L´activité orageuse est en baisse et ne justifie plus la vigilance orange dès 22h00.

En termes d’orages, l’année 2007 a été particulièrement précoce, d’après les enregistrements de Météorage au cours du premier semestre. Fin Juin, le réseau d’observation des orages comptabilisait plus de 240.000 éclairs nuage-sol (impacts de foudre), localisés sur l’ensemble du territoire métropolitain et la Corse. Ce résultat est exceptionnel, il faut remonter à 1993 pour avoir un début d’année similaire, avec 310.000 éclaires. Sur la même période correspondant à six mois, la valeur moyenne des 17 dernières années est de 164.000 éclairs. Les valeurs pour 2007 représentent un excédent de près de 150%.

La saison avait commencé tôt, puisque le mois d’avril enregistre trois fois plus d’impacts que la normale saisonnière. Cette tendance à la hausse s’est poursuivie aux mois de mai et juin aboutissant ainsi à un foudroiement particulièrement important. Ces orages se sont principalement produits sur les Pyrénées et les Alpes du Sud en avril et sont remontés vers le Nord de la France au mois de mai.

 

LES CONSEQUENCES HYDROLOGIQUES :

Nous avons affaire à une forte dégradation pluvio-orageuse estivale, particulièrement intense et précoce sur les Pyrénées et le Massif-Central. Cette instabilité se généralise d’abord à tous les reliefs puis vers les plaines du sud-ouest et de Midi-Pyrénées. Les orages parfois violents sont assez dispersés dans un premier temps, sauf sur le relief où ils sont fréquents. Des lames d’eau brutales et importantes conduisent à des crues torrentielles sur les contreforts pyrénéens, à une période de l’année où les niveaux sont déjà élevés en raison de la fonte nivale.

La ligne orageuse principale se développe au sud d´une ligne allant de l´estuaire de la Loire aux Ardennes, avec de la grêle ainsi que de fortes rafales de vent. Des cumuls de plus de 40 à 50 mm s’abattent localement en moins d´une heure sous les cellules les plus intenses.

Le vendredi 25 mai, cette activité orageuse diurne est suivie de pluies marquées jusqu´en milieu de nuit avec une atténuation en seconde partie de nuit. Des cumuls supplémentaires de 30 à 60 mm viennent donc s´ajouter aux orages précédents. Ces cumuls ne tiennent pas compte des pluies qui se poursuivent durant la fin de la nuit et la journée de samedi. Globalement, ce sont donc des lames d´eau très importantes en l´espace de 24h. Cette zone ne remonte qu´assez lentement vers le nord de l´aquitaine puis les Charentes.

En fin de nuit et samedi matin, de nouvelles cellules orageuses arrivent vers le Pays-Basque. Elles sont parfois intenses et se maintiennent durant une bonne partie de la journée. Sur les montagnes Basques, des cumuls de 30 à 70 mm supplémentaires ne sont pas rares et les 100 mm sont atteints par endroits.

Cette situation hydrologique n’est pas inhabituelle en fin de printemps et début d’été : elle réunit un certain nombre de facteurs aggravants pour les cours d’eau au régime montagnard, qui connaissent leurs plus hauts débits entre la fin mai et la première décade (pour les cours d’eau au régime pluvio-nival, c´est-à-dire alimentés par la fonte des neiges et l’apport des pluies orageuses). C’est surtout le cas ici pour les Pyrénées.

Pour le piémont pyrénéen, des catastrophes majeures se sont déjà produites par le passé : ainsi, les 7 et 8 juillet 1977. Après les inondations du mois de mai, des pluies torrentielles associées à la fonte des neiges dans les Pyrénées provoquent de nouveau de brutales inondations en Gascogne. Les départements du Gers, du Lot et Garonne et de la Haute Garonne sont particulièrement touchés – la partie basse de la ville d´Auch est noyée - on compte 5000 sinistrés et 25 morts dans toute la région.

Les cours d´eau du Sud-Ouest sont très fragiles, en particulier la Gave de Pau ou encore la Lèze. Quelques dizaines de mm de précipitations brutales suffisent à les faire réagir.

Sur l’épisode, on a parfois relevé jusqu’à 135 mm en une nuit d’orage sur les montagnes au-dessus d’Argelès-Gazost (65), et 55 mm à la station. Les lames d´eau ont atteint généralement de 15 à 30 mm sur le piémont (des Hautes Pyrénées à l´Ariège). Les vallées de la Lèze et de l’Arize (09) ont été les plus touchée, payant un lourd tribut aux orages de l’année 2007, avec 5 épisodes de crue. Mais à la fin mai, la rivière, gonflée par les pluies diluviennes, se transforme en torrent de boue, comme à Artigat.

La cote de l’Arize au Mas d’Azil qui était de 0,37m à 20 heures le vendredi 25 mai est montée à 1,4 m à 22 heures. Même scénario pour la Lèze qui atteignait 2,7m à 22 heures sur la commune du Fossat.

  • 2 victimes
  • Maisons et entreprises inondées
  • Évacuation et mise en sécurité de dizaines de personnes
  • Personnes emportées dans leur voiture par les eaux torrentielles
  • Effondrement de chaussées
  • Chute d'arbres
  • Dégâts dus à la grêle et à la foudre
  • Le plan ORSEC est déclenché en Ariège le 25 mai au soir dans la vallée de la Lèze

La Sauvetat-de-Savères (47)

Artigat (09)

Louvie-Juzon (64)

Saint-Abit (64)

Lézat-sur-Lèze (09)

Lafox (47)

Arudy (64)

Bescat (64)

Bruges-Capbis-Mifaget (64)

Rébénacq (64)

16 M€ (mise à jour le : 18/01/2016)

Montant des dommages assurés au titre de la garantie légale « catastrophes naturelles » hors automobile

Coût par commune pour l'ensemble du marché

Nombre de communes reconnues Cat Nat : 163

Communes reconnues en état de catastrophes naturelle

Arrêtés Cat Nat associés