Sécheresse de 1997 en France

Mise à jour le 21/05/2018


Image événement
La sécheresse qui affecte la France en 1997 est d’une intensité peu commune. Elle est présentée comme conjuguant les effets de celle de 1976 touchant principalement le Nord et celle de 1989 qui a plus marqué le Sud du pays. Cette sécheresse a provoqué des dégâts sur les constructions bâties sur des sols argileux, en raison du phénomène de retrait-gonflement des argiles.
300 M€
Dommages assurés hors automobile

Date de début
01/01/1997
Date de fin
31/12/1997


Départements concernés
Aisne (02), Allier (03), Alpes-de-Haute-Provence (04), Ardèche (07), Ariège (09), Aude (11) ...

 

LE PHENOMENE METEOROLOGIQUE :

L’année 1997 est une année dominée par une sécheresse exceptionnelle ponctuée de courtes phases de pluie intense en février, mars ou encore novembre. Cette persistance de la sécheresse est liée à la prédominance durable de l’anticyclone des Açores sur la dépression d’Islande. Dans cette configuration de «l’oscillation Nord-Atlantique» les précipitations sont poussées plus au Nord de l’Europe. La France ne reçoit alors que les pluies à la marge des perturbations qui s’évacuent plus au Nord. A la fin du printemps, ce phénomène explique des cumuls pluviométriques en déficit de 25% à plus de 50% sur les trois-quarts à la moitié du pays. Ces conditions anticycloniques très stables ont produit un mois d’août caniculaire et un automne très sec. La réserve en eau des sols s’est d’ailleurs encore dégradée sur l’ensemble du territoire entre l’été et la fin de l’année 1997.

LES CONSEQUENCES :

L’hiver 1996-1997 a été très sec. En janvier le plus faible cumul mensuel des précipitations dans le Nord depuis 1957 est enregistré. Le déficit pluviométrique atteint 97% des normales dans cette région. En février, de fortes pluies provoquent d’importantes inondations au Nord mais le Sud, et plus particulièrement le quart Sud-Ouest, les Charentes, la Beauce et l’Auvergne sont asséchés en mars et avril. La Loire enregistre sa plus faible cote depuis 1949. A la fin du printemps, la réserve en eau des sols est déficitaire sur l’ensemble du territoire. Malgré des pluies significatives dans le Nord au mois de juin et les orages de l’été la sécheresse persiste dans le quart Sud-Ouest, en Auvergne et autour de l’Ile-de-France notamment. Dans ces régions, des fissures sur les maisons, bâtiments, piscines et autres constructions sont observées en lien avec le phénomène de retrait – gonflement des sols argileux. Des restrictions de la consommation d’eau potable et d’irrigation ont été imposées dans au moins 23 départements. En avril, cet épisode sec était considéré comme le plus important depuis 50 ans. 

Fissures sur les maisons, bâtiments, piscines et autres constructions en lien avec le retrait – gonflement des sols argileux.

Lempdes (63)

Bougival (78)

Orcet (63)

Veyre-Monton (63)

Montpellier (34)

Cournon-d'Auvergne (63)

Saint-Saturnin-lès-Apt (84)

Gargas (84)

Créteil (94)

La Celle-Saint-Cloud (78)

300 M€ (mise à jour le : 18/01/2016)

Montant des dommages assurés au titre de la garantie légale « catastrophes naturelles » hors automobile

Coût par commune pour l'ensemble du marché

Nombre de communes reconnues Cat Nat : 2202

Communes reconnues en état de catastrophes naturelle

Arrêtés Cat Nat associés