Sécheresse de 1995 en France

Mise à jour le 21/05/2018


Image événement
L’année 1995 est une année particulièrement humide qui préserve la France d’une sécheresse annuelle majeure, malgré un été chaud et sec. Mais il existe un effet de latence dans la réaction des sols argileux face aux phénomènes de retrait gonflement, sous l’effet du cycle de sécheresse qui dure depuis 1988-89, les constructions subissent des dommages.
97 M€
Dommages assurés hors automobile

Date de début
01/01/1995
Date de fin
31/12/1995


Départements concernés
Aisne (02), Allier (03), Alpes-de-Haute-Provence (04), Alpes-Maritimes (06), Ardennes (08), Ariège (09) ...

 

LE PHENOMENE METEOROLOGIQUE :

Au Nord, l’année 1995 commence par battre le record de 1949 pour les précipitations enregistrées au mois de janvier. Dès février, l’excèdent pluviométrique dépasse 100% des normales. Les cumuls de pluie et neige engrangés en mars et mai 1995 sont classés au deuxième rang depuis 1957. Cette succession de perturbations, en particulier sur la moitié nord du pays provoque de nombreuses crues. Durant l’été 1995, malgré des orages parfois violents et des cumuls pluviométriques excédentaires en juillet, l’efficacité des pluies est réduite par une forte évaporation liée à des températures chaudes supérieures de 2°C à 3,1°C par rapport aux normales.

Après un mois de septembre frais et pluvieux, octobre 1995 sera le mois d’octobre le plus chaud depuis 1957. Dans le quart Nord-Est et en Ile-deFrance, la fin de l’année est marquée par le retour d’un temps sec. L’automne et le début de l’hiver préfigurent déjà la sécheresse de 1996.

LES CONSEQUENCES :

Les précipitations abondantes des sept premiers mois de l’année (hormis avril) arrosent majoritairement le nord du pays. L’été chaud et relativement sec ne donne pas lieu à des restrictions notables de consommation d’eau.

Malgré l’absence de sécheresse majeure en 1995, le phénomène de retrait – gonflement des sols argileux est encore responsable de dégâts sur des maisons, bâtiments, piscines et autres constructions.

La réhydratation des sols et le gonflement des argiles peuvent produire leurs effets plusieurs mois après la fin de l’épisode de sécheresse. Les communes touchées ont donc souvent fait l’objet d’un arrêté catastrophe naturelle couvrant les « mouvements de terrain différentiels consécutifs à la sécheresse et à la réhydratation des sols » sur la période courant du 01/01/1988 au 31/12/1995. 

Fissures sur les maisons, bâtiments, piscines et autres constructions en lien avec le retrait – gonflement des sols argileux.

Biot (06)

Clinchamps-sur-Orne (14)

Bonneval (28)

Lagny-sur-Marne (77)

Le Mesnil-Saint-Denis (78)

Voisins-le-Bretonneux (78)

Gif-sur-Yvette (91)

Montlhéry (91)

Villiers-sur-Marne (94)

Menucourt (95)

97 M€ (mise à jour le : 18/01/2016)

Montant des dommages assurés au titre de la garantie légale « catastrophes naturelles » hors automobile

Coût par commune pour l'ensemble du marché

Nombre de communes reconnues Cat Nat : 2738

Communes reconnues en état de catastrophes naturelle

Arrêtés Cat Nat associés