Sécheresse 2017 en France

Mise à jour le 18/02/2019


Image événement
Avec un déficit de précipitations estimé à 25% par rapport à la normale, l'année 2017 se classe parmi les années les plus sèches de la période 1959-2017. Selon Météo-France, à l'image de 2003, 2011 et 2015, l'année 2017 est remarquable car elle associe les fortes chaleurs et la sécheresse hydrologique. Malgré des cumuls notables de précipitations en février et mars, les pluies annuelles ont été déficitaires sur l'ensemble du pays et en particulier sur le pourtour méditerranéen. Certains mois, le déficit a atteint par endroits près de 75% des précipitations normales. Des restrictions d’eau ont été mises en place dès le mois de février et ont concerné jusqu'à 84 départements au mois d'août 2017.

Date de début
01/01/2017
Date de fin
31/12/2017


Départements concernés
Ain (01), Aisne (02), Allier (03), Alpes-de-Haute-Provence (04), Alpes-Maritimes (06), Ardèche (07) ...

 

Le mois de décembre 2016 se classe au 1er rang des mois de décembre les plus secs sur la période 1959-2016. Le déficit de précipitations se poursuit au début du mois de janvier 2017 avec une pluviométrie déficitaire d’environ 40% par rapport à la normale ayant pu atteindre 50% localement, en particulier dans les Pyrénées et en Auvergne.


Durant le mois de février, les précipitations cumulées sont conformes aux normales mensuelles établies sur la moyenne mensuelle de la période 1981-2010. Pour autant, elles n’ont pas permis de recharger suffisamment les sols en eau. Ainsi, les premières restrictions des usages de l´eau sont prises dès ce mois de février. À la fin du mois de mars, même si l´excédent des précipitations mensuelles atteint 20% par rapport à la normale, on observe des disparités régionales avec une sécheresse des sols persistante en Bretagne et au sud de la Normandie. Au 15 mars, 8 départements ont mis en oeuvre des mesures de restrictions des usages de l´eau.


Le déficit de précipitations se poursuit au printemps et s´établit, en avril, à plus de 50% de la normale. En conséquence, 67% des nappes phréatiques affichent à la fin du mois d´avril un niveau inférieur à la moyenne. Au 17 mai, 12 départements sont concernés par les arrêtés de restrictions des usages de l'eau soit un effectif comparable aux années 2011 et 2012. En juin, les orages ont permis d´atteindre des cumuls mensuels de précipitations proches de la normale dans de nombreuses régions. En revanche, la Normandie, la Bourgogne et la Provence demeurent impactées par des déficits de précipitations de 25% à 80% par rapport aux normales mensuelles. Au 13 juillet, 59 départements ont pris des dispositions de
restriction sur l´usage de l'eau. Les fortes précipitations orageuses - notamment celles des 9 et 19 juillet - n´ont permis qu´une réhydratation partielle des sols dans les régions du nord-est et du sud-ouest.


Sous l´effet des fortes chaleurs et des faibles précipitations, l´assèchement des sols s´intensifie au cours du mois d´août notamment sur le pourtour méditerranéen. Le déficit pluviométrique y atteint des valeurs extrêmes comparables à celles observées en 2003. Selon l´Agence française pour la biodiversité, les mesures de près d´un quart de ses stations montrent que les cours d’eau sont à sec ou subissent une baisse notable de leur écoulement. Mi-août, les restrictions des usages de l´eau s´étendent désormais à 84 départements. Au 1er septembre, l´indice d'humidité des sols est très largement déficitaire par rapport à la normale sur un vaste quart sud-est du pays.


Courant septembre, les précipitations cumulées sont excédentaires par rapport aux normales mensuelles depuis la Bretagne jusqu´aux Ardennes ainsi que pour les départements du littoral aquitain mais restent déficitaires du sud de l´Alsace jusqu´aux bords de la Méditerranée. En conséquence, l´indice d'humidité des sols se rapproche de la normale dans beaucoup de régions comme en Bretagne et en Normandie mais le sud-est reste très marqué par la sécheresse des sols. Avec des précipitations déficitaires de près de 70% par rapport à la normal, le mois d'octobre 2017 se classe au 5e rang des mois d'octobre les plus secs de la période 1959-2017 derrière 1978, 1969, 1985 et 1971. Au 24 octobre, les dispositions de restriction sur l´usage des eaux sont encore en cours dans 55 départements. En novembre, les précipitations restent déficitaires mais dans une proportion moins importante qu´en octobre.


Ce faisant depuis le début de l´année, le déficit de pluviométrie a dépassé 25% avec d’importantes disparités territoriales. Il est supérieur à 50% sur le quart sud-est et la Corse et il dépasse 75% en région PACA et sur le littoral héraultais.

 

Fissures sur des constructions en lien avec le retrait-gonflement des sols argileux

Nombre de communes reconnues Cat Nat : 2077

Communes reconnues en état de catastrophes naturelle
Météo-France, Bulletin climatique (novembre 2016 à décembre 2017)

Eau France, Bulletin national de situation hydrologique (novembre 2017 à janvier 2017)

Arrêtés Cat Nat associés