Sécheresse 2015 en France

Mise à jour le 11/02/2019


Image événement
A partir du mois de juin 2015, les précipitations ont été déficitaires par rapport aux normales sur une grande partie du territoire métropolitain, en dehors de quelques exceptions, notamment la Bretagne, le Cotentin et les Pyrénées. Cet épisode de sécheresse a été particulièrement important en juin et juillet, le mois d´août ayant été globalement plus pluvieux que la moyenne. 

Selon Météo-France, l´année 2015 s´est terminée par le mois de décembre le moins pluvieux de la période 1959-2015. 
 

Date de début
01/01/2015
Date de fin
31/12/2015


Départements concernés
Allier (03), Ariège (09), Aude (11), Bas-Rhin (67), Corrèze (19), Dordogne (24) ...

 

L´année 2015 s´ouvre avec une séquence pluvieuse excédentaire d´environ 20 à 30%. Seul le Languedoc-Roussillon accuse un déficit important de près de 50%, après un automne 2014 marqué par des précipitations très abondantes.

Les mois de mars-avril-mai apparaissent relativement secs au regard des déficits de précipitations de près de 20% observés en moyenne sur l’ensemble du pays. En conséquence, les sols ont commencé à s’assécher à partir du mois d’avril notamment dans l´ouest du Massif-Central. En mai, les faibles cumuls de précipitation font de ce mois le sixième plus sec depuis les cinquante dernières années selon Météo-France. La situation est particulièrement marquée à la fin du mois dans le sud du pays où les précipitations sont les plus faibles jamais enregistrées depuis 1959. À Carcassonne (11), 8,8 mm sont enregistrés et 15,8 mm à Clermont-Ferrand (63) sur tout le mois de mai. L´assèchement des sols s'étend alors sur l´Aquitaine, le Poitou, le nord de l´Auvergne jusqu´à la région Lyonnaise. En Ile-de-France ou en Picardie, les précipitations atteignent en juin leur plus faible niveau depuis 1976 (7 mm relevés à Montsouris). 

La sécheresse des sols, qui a donc débuté en mai, va s’accentuer sous l´effet des fortes chaleurs des mois de juin et juillet. Les déficits de pluie atteignent environ 40% à l´échelle du pays et environ 75% en Champagne-Ardenne. L´indice d´humidité des sols (Soil Wetness Index - SWI) est alors déficitaire de plus de 40% par rapport à la normale. Parallèlement, la sécheresse oblige les préfets à promulguer des arrêtés dans plusieurs départements, dont ceux du sud-ouest de l´Auvergne, pour restreindre l´utilisation de l´eau aux seuls usages prioritaires (santé, sécurité civile, eau potable). Les fortes précipitations du mois d´août, souvent d’origine orageuse, vont permettre aux sols de s´humidifier et de retrouver des niveaux proches de la normale à l’exception du quart nord-est du pays. Dans la continuité du mois d´août, les précipitations de septembre sont légèrement excédentaires à l´échelle du pays. Toutefois, la situation demeure difficile pour certaines régions. À Biscarosse (40), les cumuls mensuels de 18,5 mm sont à comparer avec une normale de 77,5 mm. Même tendance dans l’Aude (11) où les précipitations sont de 4,2 mm par rapport à 51 mm en moyenne. Pour autant les faibles pluies ont permis aux sols de s´humidifier sur l’ensemble du territoire, hormis l´Est et l´Auvergne. 

La sécheresse se poursuit en octobre et en novembre avec des déficits moyens de précipitations respectivement de 30% et 20%. En octobre, les déficits dépassent 50% en Alsace, Lorraine, Franche-Comté, Landes, Poitou-Charentes et Languedoc-Roussillon. A Strasbourg (67), 19,9 mm d´eau ont été mesurés pour une normale d´environ 61,5 mm. L´année se termine par un mois de décembre exceptionnellement chaud et sec. Les moyennes de températures battent les records de la période 1900-2014 et celles des précipitations sont les plus faibles jamais enregistrées depuis 1959. Les régions les plus touchées sont alors la Lorraine, l´Alsace et tout le sud du pays où les déficits atteignent 80%. En conséquence, les sols demeurent encore secs dans le sud-ouest, l´Alsace et le centre-est en cette fin d´année 2015. 

A mi-mars 2017, environ 2000 communes ont fait une demande de reconnaissance de l´état de catastrophe naturelle au titre de la sécheresse. Ces demandes sont étudiées au regard des critères de reconnaissance en vigueur depuis la sécheresse 2011 (critères hivernal, printanier et estival).

Fissures sur des constructions en lien avec le retrait-gonflement des sols argileux

Nombre de communes reconnues Cat Nat : 206

Communes reconnues en état de catastrophes naturelle
Météo-France, Bulletin climatique (décembre 2014 à décembre 2015)
Eau France, Bulletin national de situation hydrologique (décembre 2014 à décembre 2015)
Propluvia, Un outil de gestion des arrêtés de restriction d’eau

Arrêtés Cat Nat associés