Sécheresse de 2008 en France

Mise à jour le 21/05/2018


Image événement
L’année 2008 sur la France ne se distingue pas par une sécheresse météorologique marquée, mais subi surtout les contrecoups d’un cycle sec qui persiste depuis 2003. Des vagues de chaleur assez durables sévissent dans le midi de la France, notamment en Languedoc-Roussillon et en Provence, où la barre des 40° est parfois atteinte. Replacé dans un contexte d’années sèches, ces chaleurs entretiennent une sécheresse superficielle et chronique dans le sud de la France.
71 M€
Dommages assurés hors automobile

Date de début
01/01/2008
Date de fin
30/09/2008


Départements concernés
Alpes-de-Haute-Provence (04), Ardèche (07), Ariège (09), Aude (11), Bouches-du-Rhône (13), Gard (30) ...

 

LE PHENOMENE METEOROLOGIQUE :

La sécheresse 2008 concerne surtout le Midi, où les faibles précipitations estivales sont l’une des caractéristiques du climat. Les zones affectées subissent le contrecoup des années excessivement chaudes et sèches 2003 / 2005. Les régions du Languedoc-Roussillon et de la Provence, ainsi que des zones abritées de Rhône-Alpes et le Midi-Toulousain subissent des mouvements de sols argileux. Au bilan, les cumuls de pluie ont été généralement en-dessous des normales en Île-de-France, sur l’arc méditerranéen et la Corse, mais dans les moyennes voire excédentaires ailleurs.

Les températures sont parfois très élevées durant l’été 2008, avec quelques fortes vagues de chaleur du 19 juin au 2 juillet (jusqu’à 38° en Rhône-Alpes), fin juillet (37° en Provence) et début août (40°C au Luc-en-Provence). Ces fortes chaleurs accentuent le dessèchement des sols superficiels et provoquent la formation de fissures.

 

LES CONSEQUENCES :

Concernant les étiages, les pluies des mois d´avril, mai et juin sont venues soulager une situation hydrologique critique marquée par un déficit important de précipitations en automne 2007 et en hiver 2008. Les précipitations de juillet et août ont permis d’arroser les sols permettant de répondre aux besoins de l’agriculture, en diminuant l’impact sur le débit des cours d’eau.

Pour les ressources en eau superficielle, la situation des mois de juillet et août a donc été satisfaisante. Les précipitations de septembre ont permis de conserver cette situation favorable sauf sur les régions les plus au sud (Cévennes, le Gard et l´Hérault). Les pluies de fin octobre, novembre et décembre , tombées en abondance sur une partie de ces régions sud, ont permis d´améliorer la situation.

Certaines nappes de Bourgogne, du Languedoc-Roussillon et celles situées dans le couloir du Rhône moyen ont atteint des niveaux très bas au cours des mois de juillet et août. Ces niveaux très bas enregistrés sont la conséquence d’une recharge hivernale non significative depuis 4 années consécutives et dont les effets se cumulent, à des degrés divers, aux effets de prélèvements croissants sur certaines d’entre elles depuis les 2 dernières décennies.

Marseillan (34)

Saint-Jean-de-Védas (34)

Gaillac (81)

Clapiers (34)

Marseille (13)

Castelnau-d'Estrétefonds (31)

Pibrac (31)

Saint-Loup-Cammas (31)

L'Isle-Jourdain (32)

Lasserre (31)

71 M€ (mise à jour le : 11/03/2016)

Montant des dommages assurés au titre de la garantie légale « catastrophes naturelles » hors automobile

Coût par commune pour l'ensemble du marché

Nombre de communes reconnues Cat Nat : 121

Communes reconnues en état de catastrophes naturelle

Arrêtés Cat Nat associés