Inondations consécutives à la tempête Klaus de janvier 2009

Mise à jour le 21/05/2018


Image événement
En janvier 2009, une tempête d´une rare violence balaye le sud-ouest du pays en 24 h, générant des rafales de vent record, des dégâts d’une rare étendue, des inondations et d´énormes ravages sur les forêts. La pluviométrie, régulière et abondante, engendre les premiers débordements sur de nombreux cours d’eau de l’ensemble du territoire, avant même le passage ultime de Klaus. Après son passage, les crues sont généralisées sur les bassins de la Charente et de l’Adour Garonne.
13 M€
Dommages assurés hors automobile

Date de début
22/01/2009
Date de fin
28/01/2009

Cours d'eau ayant débordé
l'Adour moyen et son affluent la Midouze (40,32), l'Aveyron et son affluent le Viaur (départements 12, 81, 82), l'Isle (24, 33), affluent de la Dordogne, la Dronne (départements 16, 17, 24,33) affluent de l'Isle, la Vézère aval (24, 19), la Seugne (17), le Bandiat et la Tardoire (16), tous trois affluents de la Charente, l’Aisne Amont (02)

Pluviométrie maximale
10 mm en 1h
60 mm en 24 h


Départements concernés
Ariège (09), Aude (11), Charente (16), Dordogne (24), Gers (32), Gironde (33) ...

 

LE PHENOMENE METEOROLOGIQUE :

Dès la mi-janvier, la France se trouve dans un contexte météorologique très perturbé. En troisième décade, la circulation atmosphérique s’accélère sur le pays entrainant la prévision d’une tempête par le nord-ouest dès le vendredi 23 janvier .Ce coup de vent est finalement moins fort que prévu initialement, mais on observe des dégâts et des inondations. Dans les terres, on relève une rafale à 120 km/h à Blois sous une brève averse. Par ailleurs des pluies discontinues mais parfois modérée à fortes se produisent de l’Ille-et-Vilaine et la Basse-Normandie aux Ardennes, ainsi qu’au sud d’une ligne Arcachon Nevers Genève.

Un certain nombre de foyers sont privés d´électricité dans le Sud Ouest depuis le milieu de journée tandis que des inondations se produisaient dans les Landes.

La dépression, baptisée Klaus par les météorologues allemands, descend de l’Atlantique Nord et aborde les côtes de Gironde en deuxième partie de nuit du 23 au 24. Elle s’évacue par le Golfe de Gênes en fin de journée. Les vents les plus violents dévastent une bande allant du littoral aquitain au golfe du Lion, puis affectent la Corse.

Le creusement « explosif » (967 hPa au dernier pointage) de cette dépression provoque aussi des valeurs de vent extrêmes sur les côtes espagnoles, avec 215 km/h à Punta Candeira dans le Nord Ouest de la Galice, 183 km/h à Malpica ou bien encore 190 km/h à Gijon.

A partir d’une heure du matin, les vents se renforcent brutalement sur les côtes françaises, avec une première rafale à 96 km/h à la pointe de Socoa (64).Le cœur dépressionnaire approche rapidement des côtes avec une progression rapide en direction de l´Est.

Les premières rafales sur la façade atlantique varient du secteur Sud-Ouest au Nord-Est avec vers 03h : 100km/h à la Pointe du Raz (vent de Nord-Est). Des rafales proches de 80 km/h de secteur Sud-Est ou Sud descendent vers les Charentes. Sur la côte aquitaine, le vent souffle de secteur Ouest à Sud-Ouest.

A 4h du matin, on relève déjà 113 km/h à Bordeaux Mérignac, 137 km/h à Cazaux, 144 km/h au Cap Ferret et un impressionnant 159 km/h à Biscarosse.

La dépression, estimée à 965 hPa, aborde les côtes de la Vendée, soit une position un peu plus au nord que prévue. En conséquence, la Gironde et le Lot-et-Garonne ont été aussi placés à 4h39 en vigilance rouge par Météo-France.

Les rafales explosent sur la côte aquitaine avec, entre 4h et 5h, 172 km/h à Biscarosse et au cap Ferret 161 km/h à Bordeaux/Mérignac (33) : ce sont des records absolus.

Les vitesses de vent se maintiennent autour des 160 km/h sur la station de Biscarosse (120 km/h de vent moyen), 135 km/h à Bordeaux Mérignac ainsi qu´un remarquable 140 km/h enregistré à Mont de Marsan, nettement à l´intérieur des terres. Dans le même temps, les pluies sont fortes sur les Landes.

Les rafales de vent gagnent vers la région Midi-Pyrénées, la station de Tarbes (65) relève une rafale de 100 km/h. La station de Mont de Marsan à 07h observe une rafale de 141km/h.

L´interdiction de circulation des Poids-Lourds (plus de 7.5 tonnes) est étendue à l´ensemble des régions du sud-ouest: l´Aquitaine, Midi-Pyrénées, Limousin et Poitou-Charentes.

Dès 7h00 du matin, plus de 800 000 foyers sont privés d´électricité dans le Sud-Ouest.

Le trafic SNCF est également fortement perturbé : la circulation est totalement interrompue au départ de Bordeaux vers les gares de Tarbes, Hendaye, Irun et Toulouse. La ligne Toulouse-Paris est bloquée vers 10h00 du matin, puis c’est le trafic aérien qui est suspendu à l´aéroport de Toulouse-Blagnac.

Cette forte dépression est également accompagnée de précipitations modérées de la Normandie aux Pyrénées. Ces précipitations se font parfois sous forme de pluie et neige mêlée en Pays de la Loire et en Bretagne.

Vers 10h, la préfecture de la Haute-Garonne/Midi-Pyrénées informe que les stations de sport d´hiver sont fermées.

Le milieu de matinée reste agité sur le sud-ouest, alors que les vents tempétueux glissent rapidement vers l’est, canalisés par la chaîne pyrénéenne : on relève alors 111km/h à Auch (32) et Toulouse (31), et 126 km/h à St-Girons (09). Sur le Languedoc, le vent se renforce avec des rafales atteignant 96km/h à Carcassonne (11), puis 144 km/h à Lézignan (11) à 10h30.

A partir de 11h00, la tempête déferle en Languedoc-Roussillon tandis que les vents se stabilisent au sud-ouest, avec 144km/h à Lézignan (11), 130 km/h sur le Gers et 106km/h à Gourdon (46). Les rafales sont moins fortes qu´en début de matinée sur les côtes de l´Atlantique, mais dépassent encore les 100km/h. On relève : 133km/h au Cap Ferret (33) et on atteint les 158km/h à Narbonne (record absolu depuis l’ouverture de la station). Le trafic aérien depuis l´aéroport de Perpignan-Rivesaltes est interrompu, ainsi que le trafic ferroviaire sur le département.

Sur le relief du Massif-central les rafales, on atteint dans la matinée 110km/h sur le Puy de Dôme et 167km/h au Mont Aigoual (30).

Les plus fortes rafales au milieu de la journée sont alors mesurées sur Perpignan-Rivesaltes avec 183km/h et 176km/h à St Paul de Fenouillet (66), ainsi que 126 km/h à Toulouse et Béziers. On note aussi le renforcement du vent en Corse avec par exemple 167 km/h à Ajaccio (2A) et 148 km/h à Bonifacio. Par ailleurs, on peut aussi signaler les 115 km/h à Saint Mandrier sur mer (83)

Sur l´Aude et les Pyrénées-Orientales, on observe des rafales de 140 à 160km/h dans les terres. La station automatique de Météo France située sur le domaine de la station de ski de Formiguères (Pyrénées-Orientales, 1495 m) a en enregistré une rafale à 192 km/h, et on relève 216 km/h au Col d´Envalira (2409 m d´altitude).De telles valeurs n´avaient jamais été enregistrées depuis que les relevés existent.

A 16h, le Cap Béar en Roussillon relève 191 km/h pour une vitesse moyenne sur 10 min de 144 km/h, soit l’équivalent d’un ouragan de catégorie 1.

En fin d’après-midi, de la Haute-Garonne à l´Aude et aux Pyrénées-Orientales, les rafales de vent sont encore importantes et supérieures aux 100km/h. Sur Toulouse, les rafales atteignent encore 133km/h - 156km/h à Leucate et 183 km/h au Mont Aigoual. Sur le reste du Languedoc-Roussillon, les valeurs sont comprises entre 70km/h à Nîmes et 95km/h sur l´Hérault. Sur la Corse, les rafales les plus fortes sont mesurées sur le sud de l´île, 144km/h à Bonifacio et 126km/h à Figari.

 

LES CONSEQUENCES HYDROLOGIQUES :

Le mois de janvier 2009 a débuté par un froid glacial souvent sec en première décade. A partir du 10, et surtout dès le 15 janvier, les perturbations reprennent de la vigueur, remontant parfois de Méditerranée puis circulant ensuite dans un flux océanique souvent orienté au nord-ouest. La troisième décade est assurément la plus perturbée sur la France, avec une succession de dépressions qui occasionnent des vents forts et de fréquents épisodes pluvieux. Les vents sont alors plutôt orientés au sud-ouest, apportant de bonnes pluies océaniques. Entre le 20 et le 24 janvier il tombe par exemple 56 mm en Gironde et jusqu’à 63 mm dans les Landes. On relève aussi 43 mm à Brest (29). Le défilé des perturbations se poursuit et aucune région n’est épargnée. On relève aussi, le vendredi 23 janvier, 94 mm à Cherbourg (50) et 50 mm à Cazaux (33) et Biscarosse (40). La neige tombe en abondance dès 1200 m d’altitude sur les massifs.

C’est dans ce contexte que la nouvelle dépression Klaus arrive par le nord-ouest, prenant une trajectoire atypique et s’évacuant par la Méditerranée. A son passage, les cumuls pluviométriques sont encore une fois abondants. Entre le 22 et le 24, on relève quelques 60 mm de précipitations à Bordeaux, 80 mm à Mont-de-Marsan, 100 mm à Biarritz, soit pratiquement l’équivalent d’un mois de précipitations de janvier normal en 3 jours. D’une façon générale, en janvier 2009 sur les régions du grand Ouest, de la Bretagne au pays Basque, la pluviométrie est supérieure de 1.5 à 2 fois la normale. Au passage de la tempête Klaus, la pluie et neige mêlée tombaient de l’intérieur de la Bretagne aux régions du Centre-ouest, en raison d’un refroidissement marqué allant parfois de 3 à 4°C en moins d’une heure.

Alors que la tendance générale est à l´accalmie, d´autres vigilances sont maintenues en soirée pour les crues qui se poursuivent sur les bassins de la Charente, de la Dordogne et de la Sioule. De nombreux cours d’eau sont placés en niveau orange : l´Aveyron, la Célé, la Vézère, l´Isle Amont, la Baïse, la Gélise, la Gers, l´Adour, la Midouze, la Tardoire, la Bandiat et la Seugne. Dans le Nord de la France, seule l´Oise Amont est encore soumise à ce niveau de vigilance.

Les premiers bilans font alors état de lourds dégâts au niveau du massif forestier des Landes, où certaines parcelles sont touchées à 60%, avec 300.000 hectares de forêts détruits. Au total, on comptait plus de 1.7millions de foyers privés d´électricité dans la soirée de samedi, dont 300 000 foyers dans les Pyrénées-Orientales et 340 000 foyers dans les Landes.

Après le passage de la tempête, le Sud-Ouest est donc confronté à d’importantes inondations. L´état de vigilance orange « crues » a concerné huit départements, avec des crues classiques d´hiver significatives dans les bassins de l´Adour et de la Garonne. Plusieurs communes de Dordogne, notamment, subissent d’importants dégâts à l’instar de la ville touristique de Brantôme.
  • 13 victimes en France
  • Forêts dévastées
  • Pertes agricoles, forestières, et aux vignobles
  • Dégâts aux habitations, locaux commerciaux et industriels
  • Réseau d’eau potable affecté
  • Près d’1,7 millions de foyers privés d’électricité
  • Interruption de certaines lignes de téléphonie mobile
  • Inondations fluviales et côtières notables
  • Interruption du trafic routier, SNCF et aérien (Bordeaux, Toulouse et Perpignan)
  • Gros dégâts dans les stations de sports d’hiver

Gradignan (33)

Anglet (64)

Arès (33)

Talence (33)

Saint-Sever (40)

Mont-de-Marsan (40)

Andernos-les-Bains (33)

Lanton (33)

Aire-sur-l'Adour (40)

Pau (64)

13 M€ (mise à jour le : 18/01/2016)

Montant des dommages assurés au titre de la garantie légale « catastrophes naturelles » hors automobile

Coût par commune pour l'ensemble du marché

Nombre de communes reconnues Cat Nat : 3941

Communes reconnues en état de catastrophes naturelle

Arrêtés Cat Nat associés