Mise à jour le $dateModificationStr


Image événement
Le contexte météorologique sur la France en 2008 est particulièrement perturbé, notamment dans le sud-est où les orages sont fréquents et violents. Au mois de décembre, les dégradations restent marquées et s’accompagnent d’air froid, ce qui renforce l’instabilité et les chutes de neige. Ainsi, ce nouvel épisode d’intempéries qui touche le sud-est, en particulier la Provence, est aggravé par la neige qui provoque des ruptures de câbles. Sous l’effet des pluies torrentielles qui ont apporté l’équivalent de 1,5 mois de précipitation en 24h, les petits cours ont fortement réagi, entraînant des inondations notables en milieu urbain.
$coutMarche.getString("coutStr")
Dommages assurés hors automobile

Date de début
01/01/1970
Date de fin
01/01/1970

Cours d'eau ayant débordé
l’Huveaune (13), l’Ouvèze, torrent du Fauge (Gémenos, 13), le Calavon/Coulon (à Apt, 84), la Sorgue (84)

Départements concernés


 

LE PHENOMENE METEOROLOGIQUE :

Après une fin de semaine plus calme avec la présence d´un petit anticyclone sur le pays, les conditions météorologiques redeviennent très perturbées durant le week-end.

En effet, un axe dépressionnaire s´établit du Sud-Est du Groenland jusqu´au Golfe de Gascogne accompagné d’un fort courant d’altitude. Cet axe s’enfonce dans la faible barrière de hautes pressions et progresse jusqu´au Bassin Méditerranéen, avec le passage d´un front actif dans la nuit du samedi au dimanche, toujours associé à un jet stream dynamique à l´origine d´une cyclogenèse (creusement d’une dépression) sur le Sud-Est de la France. Cette situation entraîne un épisode neigeux de grande envergure pour le relief cévenol en particulier.

Des précipitations continues et soutenues s´étendent sur une bande allant du bassin Méditerranéen jusqu´à la Bourgogne, et s’affaiblissant en remontant vers le Nord. Sur les régions à l´ouest du Rhône, les précipitations sont neigeuses dès les premiers reliefs.

Cependant, à l´Est du Rhône, les précipitations prennent un caractère orageux, sauf sur les Alpes du Sud où de fortes chutes de neiges se déclenchent. Les précipitations sont quasi stationnaires sur les Cévennes, d´où de forts cumuls neigeux en altitude au final, avec une couche de 40 à 70 cm sur le relief cévenol.

Dès la nuit du samedi au dimanche, l´activité pluvieuse et localement orageuse se renforce sur le Languedoc et la basse vallée du Rhône dans un flux de sud soutenu (144 km/h relevés au Mont Aigoual, à 1500 m d’altitude dans les Cévennes). Le radoucissement est important dans la plaine littorale puisqu´il fait presque 12.3°C à Montpellier, tandis que l´isotherme 0°C se trouve vers 1200 m d´altitude en Lozère.

Le dimanche 14 décembre au matin, les chutes de neige sont très abondantes sur le sud du Massif Central entre l´Aveyron et l´Ardèche en passant par la Lozère. On relève par exemple plus de 50 à 60 cm de neige sur les plateaux et sommets cévenols. La circulation devient très difficile voire impossible dans toutes ces zones et l’on note de nombreuses coupures d´électricité à cause de ruptures de lignes électriques sous le poids de la neige et la chute de branches d’arbres.

A la mi-journée, tandis que les cumuls de neige deviennent localement très importants, en particulier en Lozère où 18000 foyers sont alors sans électricité, de fortes pluies orageuses s´abattent des Bouches du Rhône aux Alpes-Maritimes, s´accompagnant d´un vent soufflant parfois en tempête, avec par exemple 119km/h au Cap Cépet (06). Les cumuls dépassent déjà localement les 50 mm dans le Var et les Alpes maritimes, où l’on note une montée des eaux conséquente de la Nartuby (83). L’on relève déjà entre 50 et 100 mm d’eau sur la bordure cévenole, sous forme de neige au-delà de 800 m environ.

Dans l’après-midi, on mesure à Mende environ 50 cm de neige au sol. Sur la côte méditerranéenne, les cumuls (sous forme de pluie) s’accentuent, puisqu´on relève par exemple 111 mm à Aubagne (13), dont 70 mm en 3h, justifiant d´ailleurs le passage en vigilance de niveau orange pour la crue de l´Huveaune.

Dimanche soir, Les pluies persistent sur les départements du Sud Est, au rythme de 8 à 10 mm par heure, depuis une bonne dizaine d´heures maintenant. On relève désormais 138 mm à Aubagne (13) ou bien encore 108 mm à Collobrières (83).

Dans la nuit, les précipitations sont stationnaires sur l´Ardèche, la Drôme, les Alpes de Haute Provence, les Alpes maritimes et l´Est du Var. On relève ainsi 102 mm de précipitations à Carpentras. Il neige toujours abondamment au-dessus de 700 m d´altitude environ.

Lundi 15 au matin, la perturbation située dans le Golfe de Gênes a tendance à se rabattre vers la Riviera, et affecte les départements de la région Provence Alpes Côte d´Azur avec des intensités plus soutenues sur le littoral. Le vent marin forme de fortes vagues qui occasionnent des dégâts à la cote : conjugué au ruissellement pluvial, le choc mécanique des vagues entraîne de gros dégâts entre Cagnes sur mer, Cannes, Antibes, Saint Laurent du Var, Roquebrune-Cap-Martin, Villefranche sur mer et Villeneuve-Loubet.

 

LES CONSEQUENCES HYDROLOGIQUES :

Dès la fin de l’été 2008, les pluies méditerranéennes se sont déclenchées de façon précoce et violente. On compte près de 6 « épisodes cévenols », survenus dès le début septembre et se prolongeant jusqu’à la fin de l’année. Les cours d’eau descendant des Cévennes, du Massif-Central et des Alpes ont connu de fréquents débordements, ayant conduit notamment aux crues majeures de la Loire et de l’Allier début novembre.

Ce sixième épisode méditerranéen est donc pluvio-neigeux, avec des épaisseurs de neige exceptionnelles sur les premiers reliefs cévenols et provençaux.

En zone littorale, il s’agit de gros orages et de pluies torrentielles qui provoquent de nouvelles crues éclairs, les sols étant saturés et les cours d’eau au plus haut. En deux jours, le front froid apporte des cumuls pluviométriques de l’ordre de 80 à 100 mm du Var au Vaucluse et à l’Ardèche, avec des pointes entre 150 et 200 mm pour le Var et les Bouches-du-Rhône. Les cours d’eau connaissent alors de brusques débordements, tandis que le ruissellement provoque des inondations urbaines typiques de la région, mais localement d’une grande violence. La rivière Cavalon/Coulon, descendant du Luberon, a ainsi connu une crue marquée, comparable à celle de 1994, avec un niveau s’élevant brutalement à 3.20 m à Apt (84) le 14 décembre au soir et dans la nuit : le Cavalon draine en effet les eaux de pluie de toute la vallée entre Apt et Céreste. Il s’écoule ensuite vers Cavaillon où il se jette dans la Durance. C’est un cours d’eau extrêmement irrégulier : s’il ressemble généralement à un mince filet d’eau, ses crues peuvent être spectaculaires, comme en 2003 ainsi qu’en ce 14 décembre 2008.

Les dommages ont été importants à Apt et Cavaillon. Toujours dans le Vaucluse, la Sorgue a également inondé certains quartiers de l’Isle-sur-la-Sorgue. Quant à l’Huveaune, il s’agit d’un petit fleuve côtier au régime hydrographique assez semblable, prenant sa source dans le massif de la Sainte-Baume et se jetant dans la Méditerranée à Marseille. Son parcours est marqué par une forte urbanisation dans son dernier tronçon dans l’agglomération marseillaise- sa crue a été là aussi spectaculaire, occasionnant des dommages notables dans la traversée de Saint-Marcel.

  • Habitations inondées (notamment à Cavaillon)
  • Évacuation de plusieurs centaines de personnes ou mises en sécurité par les pompiers
  • Coulées de boue
  • Circulation fortement perturbée
  • Dégâts aux réseaux électriques aériens
  • Près de 100 000 foyers privés d’électricité
  • Routes et autoroutes temporairement coupés par la neige et les inondations
  • Dégâts à la voirie et ponts endommagés

$coutMarche.getString("coutStr") (mise à jour le : $dateCoutPrincipalStr)


Nombre de communes reconnues Cat Nat : $vueMarche.getString("nombreCommunesReconnuesCatNat")

Communes reconnues en état de catastrophes naturelle

Arrêtés Cat Nat associés