Sécheresse de 1993 en France

Mise à jour le 21/05/2018


Image événement
1993 se caractérise par un hiver anormalement sec. Cette sécheresse hivernale perdure depuis 1988-89 et n’est pas compensée par les pluies printanières. Cette 4ème année de sécheresse agit sur les sols argileux (retrait - gonflement) entraînant des dommages aux constructions, dans les régions concernées.
100 M€
Dommages assurés hors automobile

Date de début
01/01/1993
Date de fin
31/12/1993


Départements concernés
Aisne (02), Allier (03), Alpes-de-Haute-Provence (04), Alpes-Maritimes (06), Ariège (09), Aude (11) ...

 

LE PHENOMENE METEOROLOGIQUE :

L’année 1993 débute en battant des records de douceur en janvier avec des températures maximales dans le Nord du pays. En plus de cette exceptionnelle douceur, des conditions anticycloniques stables maintiennent un temps très sec et ensoleillé. Après 1965, le mois de février 1993 est même l’un des plus secs depuis 36 ans.
Au printemps et durant l’été, les cumuls des précipitations sont globalement proches des normales. En revanche, la région Nord subit un mois d’août presque aussi sec que ceux de 1961 et 1976. Mais à partir de septembre, pluies et fraîcheur se généralisent. Des records de pluviométrie sont battus dans le Nord, le Nord-Est et le Centre-Est. Des inondations remarquables affectent le Nord et l’Est du pays en décembre. A la fin de l’année 1993, tous les départements ont retrouvé des réserves en eaux du sol excédentaires par rapport à la normale.


LES CONSEQUENCES :

Comme les quatre années précédentes, l’année 1993 est affectée par un hiver anormalement sec. La sécheresse presque continue depuis l’hiver 1988-1989 persiste en 1993. Dès décembre 1992, les pluies se sont raréfiées et n’ont apporté que 75% des précipitations normalement reçues dans le Nord-Est et le Sud-Est du pays. En janvier 1993, hormis sur la façade Ouest et au Nord, les cumuls pluviométriques sont partout déficitaires d’au moins 25% et jusqu’à 82% dans le Sud-Ouest. Février et mars ont asséché l’ensemble du territoire : toutes les régions ont des cumuls déficitaires. Le Nord et l’Ouest n’ont reçu respectivement que 6% et 8% des précipitations normales en mars.
Les pluies printanières, abondantes en avril, n’ont pas profité aux nappes phréatiques pour enrayer la sécheresse. Néanmoins, des températures conformes aux normales et une pluviométrie généreuse durant l’été 1993 ont permis de limiter les effets de cette sécheresse dans beaucoup de régions, sauf dans le Nord.
Enfin, les pluies engrangées à l’automne et au début de l’hiver 1993-94 marquent la fin de 5 années d’une sécheresse exceptionnelle.
Le phénomène de retrait – gonflement des sols argileux associé à cette sécheresse est néanmoins encore à l’origine de fissures sur des constructions dans de très nombreuses régions.
Fissures sur les maisons, bâtiments, piscines et autres constructions en lien avec le retrait – gonflement des sols argileux.

Voisins-le-Bretonneux (78)

Sonchamp (78)

Venelles (13)

Maurepas (78)

Montreuil (93)

Antony (92)

Semoy (45)

Gagny (93)

Ormesson-sur-Marne (94)

Le Plessis-Trévise (94)

100 M€ (mise à jour le : 07/01/2015)

Montant des dommages assurés au titre de la garantie légale « catastrophes naturelles » hors automobile

Coût par commune pour l'ensemble du marché

Nombre de communes reconnues Cat Nat : 2867

Communes reconnues en état de catastrophes naturelle

Arrêtés Cat Nat associés