Inondation de Besançon de février 1990

Mise à jour le 21/05/2018


Image événement
La France est sous l’influence d’un très rapide flux perturbé de secteur Ouest généré par un fort gradient barométrique séparant une dépression très creuse située sur l’Islande et l’anticyclone des Açores. Cette dépression dirige sur la France une succession de perturbations très actives. A partir du 12 février, la situation se dégrade encore davantage avec l’arrivée d’un front froid qui balaiera le pays en déversant des quantités très importantes de précipitations.
150 M€
Dommages assurés hors automobile

Date de début
10/02/1990
Date de fin
23/02/1990


Départements concernés
Ain (01), Aisne (02), Ardennes (08), Bas-Rhin (67), Cantal (15), Doubs (25) ...

 

Lors de cet événement, les pluies les plus abondantes ont concerné les 2/3 nord de la France. Dans toutes ces régions les cumuls de précipitations relevés atteignent ou dépassent les valeurs mensuelles moyennes. Les durées de retour sont partout supérieures à 30 ans, elles sont même historiques pour de nombreux postes.

Si les inondations ont été provoquées par ces cumuls importants atteints sur une période relativement courte (une semaine), elles sont aussi le fait de la neige. En effet, les fronts froids successifs ont généré de fortes chutes de neiges sur les reliefs (cumul de 2,70 m dans le Nord des Alpes) mais un redoux massif et brutal a entraîné une fonte rapide du manteau neigeux qui est venue gonfler les cours d’eau des Vosges, du Jura et des Alpes, aggravant ainsi les inondations.

Les inondations les plus graves ont eu lieu sur la quart Est du pays et sont le fait de cours d’eau tels que le Doubs, la Meuse, la Moselle, le Rhône dans son cours supérieur et la Saône.

  • 2 morts (glissement de terrain et avalanche) et des dizaines de blessés. 
  • Plusieurs centaines de personnes évacuées. 
  • Inondations d’habitations, de commerces et de locaux industriels. 
  • Destructions et / ou endommagements d’habitations (inondations, glissements de terrains). 
  • Destructions d’infrastructures de sports d’hiver (avalanches). 
  • Terrains emportés par érosion des berges. 
  • Très nombreux glissements de terrains. 
  • Dégâts dus aux effets du vent. 
  • Pertes d’exploitation commerciales et agricoles. 
  • Destructions d’infrastructures routières par glissements de terrains et coulées de boue. 
  • Pertes d’exploitations commerciales (stations de sports d’hiver).

Thil (01)

Besançon (25)

Montbéliard (25)

Sainte-Suzanne (25)

Sochaux (25)

Le Bouchage (38)

Holtzheim (67)

Colmar (68)

Belfort (90)

Valdoie (90)

150 M€ (mise à jour le : 12/01/2015)

Montant des dommages assurés au titre de la garantie légale « catastrophes naturelles » hors automobile

Coût par commune pour l'ensemble du marché

Nombre de communes reconnues Cat Nat : 1275

Communes reconnues en état de catastrophes naturelle

Arrêtés Cat Nat associés