Inondations des bassins de la Seine et de la Marne en janvier 2018

Mise à jour le 20/02/2019


Image événement
Suite aux records de précipitations des mois de décembre 2017 et janvier 2018, la quasi-totalité du bassin versant de la Seine a été touchée par des inondations fluviales pendant plusieurs semaines.
Au vu de l´état de saturation des sols et du réseau hydrographique, le chiffrage sera susceptible d´évolution avec de nouvelles précipitations.

Date de début
23/01/2018
Date de fin
02/02/2018

Cours d'eau ayant débordé
Yerres, Seine, Marne, Le Grand-Morin, Aube

Pluviométrie maximale
5.0 mm en 1h
34.0 mm en 24 h


Départements concernés
Aube (10), Côte-d'Or (21), Essonne (91), Eure (27), Haute-Marne (52), Hauts-de-Seine (92) ...

 

Contexte météorologique et hydrologique

Depuis le mois de décembre 2017, les précipitations ont été importantes sur l´ensemble du pays. Selon Météo-France, les cumuls ont atteint 183 mm à Paris entre le 1er décembre et le 21 janvier soit le second record de pluie après les 213 mm de l'hiver 1935-1936. À titre de comparaison, lors de l'inondation de 1910, il était tombé sur Paris environ 130 mm sur la même période.

En moyenne sur la France, les pluies tombées depuis le 1er décembre constituent un record d´observation sur la période 1959-2018. Ces fortes précipitations ont occasionné localement plusieurs inondations par débordement en particulier dans les bassins du Doubs, de la Garonne, de la Marne et de la Seine depuis le 23 janvier.

La crue de la Seine a débuté le 23 janvier dans sa partie amont et s´est poursuivie jusqu´au 2 février avec un nouvel épisode pluvieux. Les conditions hivernales ont aggravé le phénomène, rendant la décrue très lente et ne facilitant pas l´absorption de l´eau par les sols. À titre de comparaison avec la crue de 2016 sur le bassin de la Seine, elle a parfois été plus intense (Marne, Seine aval jusqu´en Seine-Maritime, Grand Morin, etc.) et parfois moins intense mais beaucoup plus longue (Loing, Seine à Paris et en proche banlieue, Seine et Marne).

 

Caractéristiques et dommages

Les communes situées dans les bassins de la Seine et de la Marne ont été particulièrement éprouvées par les inondations. La crue de l´Aube a provoqué de nombreuses inondations notamment à Bar-sur-Aube (10). En effet, la rivière a atteint 2,75 m soit 10 cm de moins que le niveau de janvier 1910. L´Yonne a également débordé inondant plusieurs communes comme à Joigny (89) où 70 habitations ont été touchées.

L´Yerres a également connu une crue avec une hauteur d’eau de 60 centimètres de moins qu´en 2016 relevée le 24 janvier à Boussy-Saint-Antoine (91). Dans cette commune, la montée des eaux a nécessité l´évacuation d´une dizaine de logements dès le 24 janvier. Dans la commune voisine de Villeneuve-Saint-Georges (94), une centaine de personnes a été prise en charge. Sur l´autre rive, à Villeneuve-le-Roi, de nombreuses habitations ont été inondées par la crue de la Seine.

Le premier épisode de crue de la Marne entre 23 et le 24 janvier a dépassé le niveau de 2016 et de 2001 à plusieurs endroits. À Gournay-sur-Marne (93), elle a atteint 5,34 m soit 5 cm de plus qu´en 2001 et 60 cm de plus qu´en 2016. À Esbly (77), l´eau a atteint près d´un mètre dans les maisons et jardins. Située entre la Marne et le Grand-Morin, la commune de Condé-Sainte-Libiaire (77) a été particulièrement touchée avec plus de 150 foyers sinistrés. Au total selon la préfecture, 146 des 510 communes de Seine-et-Marne ont été impactées par les inondations au 28 janvier. Les pompiers sont intervenus à 315 reprises et 157 personnes ont été mises à l´abri.

La Seine a atteint à Paris la hauteur de 5,85 m le 28 janvier 2018. Si la capitale a été relativement épargnée par les inondations, en dehors de ses sous-sols, les communes situées en aval ont été affectées particulièrement celles situées dans le département des Yvelines (78). La crue y a été plus importante qu´en juin 2016. Ainsi à Poissy (78), le 29 janvier le niveau a dépassé de 38 cm celui de juin 2016 pour atteindre 5,38 m. Les dommages se concentrent principalement sur le quartier de l´île de Migneaux. De plus, de nombreux axes de communications ont été submergés.

La Chambre de Commerce et d´Industrie d´Île-de-France a publié un communiqué sur la situation des entreprises au 29 janvier 2018. À Paris (75), ce sont les établissements localisés sur les quais de Seine qui ont le plus souffert de l´inondation. En Seine-et-Marne (77), les entreprises situées dans les régions de Crécy-la-Chapelle, de Melun et Samois-sur-Seine ont été particulièrement touchées. Dans le Val-de-Marne (94), les dommages ont principalement concerné des habitations. Selon la préfecture de police, les inondations ont été responsables en Île-de-France de l´évacuation de 1500 personnes. Sur les 6,2 millions d´abonnés que compte la région, seuls 1900 ont été concernés par des coupures d´électricité et moins de 700 abonnés ont été touchés par une coupure de gaz.

À partir du 31 janvier, les principaux cours d´eau ont amorcé une décrue à l´exception de la Marne. En effet, les fortes précipitations du 31 janvier ont entrainé une nouvelle crue sur ce cours d´eau. À la Ferté-sous-Jouarre (77), après avoir dépassé le 27 janvier le niveau de mars 2001, la Marne est restée élevée avant de connaître une nouvelle crue à partir du 1er février avec 4,72 m observés ce jour-là. En conséquence, cette nouvelle crue prolonge le séjour des eaux dans les différentes communes de Seine-et-Marne déjà touchées. À Saâcy-sur-Marne (77), une vingtaine de maisons ont été inondées et la situation reste difficile à Lagny-sur-Marne ou à Condé-Sainte-Libiaire (77). À Gournay-sur-Marne, la rivière a dépassé le niveau du mur anti-crue exposant directement 500 personnes qui ont dû être évacuées.

À la même date du 1er février, l´onde de crue de la Seine s´est propagée en aval. Sous l´effet des fortes marées des 31 janvier et 1er février (coefficient de 103 à 109), l´écoulement des eaux du fleuve a été ralenti au point d´occasionner plusieurs inondations dans des villes riveraines de Seine-Maritime (76). Dès le 29 janvier, la ville d´Elbeuf a pris différentes mesures de prévention pour limiter les dommages. Pour autant, la Seine y a atteint 10,99 m le 1er février soit 30 centimètres de plus qu´en juin 2016. En conséquence, 150 habitants d´Elbeuf ont dû quitter leur logement dans la nuit du 31 janvier au 1er février 2018. A Saint-Aubin-lès-Elbeuf (76), 28 personnes résidant à proximité du chemin de halage ont été évacuées dans l’après-midi du 31 janvier. À Sotteville-lès-Rouen (76), un premier inventaire des dommages datant du 1er février faisait état de 28 maisons inondées rue d´Eauplet. À Rouen (76), le niveau a atteint celui de la dernière crue du 3 janvier 2018 avec 9,69 m observés le 1er février. Comme en début de mois, les dommages se sont concentrés sur les bords de Seine et sur les axes de communication rouennais les plus proches du fleuve. Au total, ce sont 46 communes de la Seine-Maritime (76) et de l’Eure (27) qui sont directement touchées par les inondations.

De manière générale, les mesures de prévention mises en place par les autorités locales (interdiction de circulation, accueil des sinistrés) ont permis, selon la préfecture de Seine-Maritime, de réduire de manière significative les conséquences de la crue.
  • Inondations et évacuations de maisons dans les départements concernés
  • Entreprises touchées
  • Interruption du trafic RER C dans Paris intra-muros
  • Inondations d’axes routiers importants.
  • Interruption du trafic routier et fluvial

Sotteville-lès-Rouen (76)

Condé-Sainte-Libiaire (77)

Carrières-sous-Poissy (78)

Poissy (78)

Villennes-sur-Seine (78)

Boussy-Saint-Antoine (91)

Villeneuve-le-Roi (94)

Villeneuve-Saint-Georges (94)

Nombre de communes reconnues Cat Nat : 505

Communes reconnues en état de catastrophes naturelle
Météo-France, Predict, Presse quotidienne régionale et nationale, Catastrophes-Naturelles.net, Vigicrues

Arrêtés Cat Nat associés